Delphine Lebaud, violoncelle

    Née le 24 Avril 1973, à Besançon, c'est dans cette ville qu'elle débute ses études musicales en 1979 au Conservatoire National de Région.

    Animée par une passion du son et du phrasé, Delphine Lebaud est avant tout engagée dans une dynamique de partage et de transmission : avec ses partenaires et le public lorsqu'elle est sur scène, avec ses élèves lorsqu'elle enseigne ou encore avec les musiciens amateurs qu'elle encadre.

    Après un cycle d'études complètes au CRR de Besançon d'où elle est originaire, c'est sa rencontre avec le violoncelliste Xavier Gagnepain qui va être décisive dans ses choix de carrière. Intégrer sa classe au Pôle Supérieur de Boulogne-Billancourt lui ouvre les portes d'un univers sans limite, dans la recherche et l'accomplissement de soi, dans l'exigence et le plaisir du jeu. Outre son prix de violoncelle, elle obtient aussi celui de musique de chambre dans la classe d'Hortense Cartier-Bresson, découvrant ainsi son élément de prédilection.
Dès lors les nouvelles rencontres n'ont de cesse de nourrir sa curiosité et ses envies. Il en est ainsi des violoncellistes auprès desquels elle se perfectionne, tels Patrick Gabard, Jean Deplace et Philippe Muller, comme des personnalités qui lui permettent de s'enrichir dans divers domaines : Pierre Calmelet, en tant que chef de choeur, Zoltan Toth en musique de chambre, Martin Barnier pour le cinéma et les arts visuels (université de Lyon II) ou encore Dominique Dubreuil pour le journalisme et la critique d'art...

    Titulaire du Certificat d'Aptitude de Professeur de violoncelle, elle partage son temps entre l'enseignement, en poste au CRR d'Annecy - Pays de Savoie depuis 1999 en violoncelle et musique de chambre, et la scène.

    Son activité artistique, très éclectique, va de la musique baroque à la création contemporaine, en passant par le théâtre musical, l'opéra de poche ou l'improvisation. Elle se produit en France et à l'étranger, dans des salles de grande renommée (le Victoria Hall, la Grange au lac, l'Oratoire du Louvre...) comme dans des lieux atypiques (cafés, hôpitaux, Ehpad, caves à vins...) avec toujours à la clé le souci d'aller au devant des publics les plus larges possibles.

En 1997, elle fonde le duo Cavatine, avec la pianiste Emmanuelle Bouillot, formation qui s'ouvre au trio à partir de 2005 avec la violoniste Reiko Kitahama (membre du Quatuor Ravel).
En 2010, naît le trio Quintes et Sens, avec Nadège Gruffat-Poulain au violon et Vinca Bonnaud au piano, qui, outre le répertoire classique, aborde de nouveaux rivages en tissant des passerelles avec des artistes d'horizons différents pour élaborer des créations originales (avec Karine Vuillermoz, comédienne, Pierre Desvignes photographe et vidéaste, Lydie et Marie Coste, les marionnettistes du Train rouge).
Depuis 2012, elle est aussi membre de l'Ensemble Ad Libitum, qui a pour vocation d'encadrer des musiciens amateurs, et du Quintette à cordes Ad Libitum, aux côtés du bandonéoniste Jérémy Vannereau, spécialisé dans la musique de tango. Le succès de cette formation a donné lieu à l'enregistrement d'un disque (sortie à l’automne 2018) autour du compositeur argentin Martin Palmeri, lui-même tenant la partie de piano.
En 2013, elle rejoint la chanteuse soprano Christèle Chovelon, le violoniste Jean-Michel Danet et l'accordéoniste Jean-Luc Manca pour constituer le groupe Transquartet, qui se donne pour fascinante mission de revisiter le répertoire du lied en renouant avec ses racines populaires.
Depuis 2015 elle improvise en tandem avec Ariel Avril qui slame sa poésie dans « Les sentinelles à talons », un duo féminin de choc où mots et sons joutent et s'entrelacent.

image